• Début de la visite ici.


         Beauval est peut-être un parc immense ; mais il contient tant d'espèces, que finalement beaucoup se trouvent dans des espaces étroits ; et même s'il leur est donné suffisamment pour s'épanouir, l’œil du visiteur ne peut faire abstraction des cages, et même des baies vitrées astucieusement ajustées pour permettre la vision subaquatique.

         De plus, le jour de mon passage il circulait une foule énorme !

         Mais peu importe au manchot de Humboldt, qui comme bien d'autres n'en avait cure, étant fort habitué à ce trafic perpétuel.


    Manchots1.jpg


       L'image est plaisante mais lorsque l'on approche, c'est plutôt ceci que l'on découvre :

    Manchots2.jpg


         Notez qu'on leur a greffé quelques petits "palmiers", acclimatés je ne sais comment, et qui surprennent les profanes que nous sommes, persuadés qu'il s'agit d'animaux habitués aux grands froids... Ne nichent-ils pas en effet en abondance dans les régions équatoriales ?

    Manchots3.jpg


        Élevons-nous d'un étage pour les voir dans l'autre sens !

       Et maintenant, pour saisir leur jacassement perpétuel, leurs cris rauques et leurs allées-venues incessantes, j'ai pris une petite vidéo... qui n'a pu éviter l'enregistrement des voix humaines présentes aux alentours.


     
     
      Voici le poème qu'ils m'inspirent (à l'inverse de l'Albatros de Baudelaire) :


    Petit oiseau nageur,
    Tes ailes sont si courtes que tu peux marcher,
    Gambader comme un clown...

    Si tu es un poète,
    Tu n'es pas empêtré dans les flots romantiques,
    Tu cries à pleine voix !

     

     

     

    1 commentaire
  •  

    Alouette.jpg

     

     

     Elle chante l'alouette

    Sur le toit de la maison

    Une antenne est son perchoir

    Et le ciel est son nichoir

     

    Elle chante la brunette

    Et j'écoute sa chanson

    Elle met les cœurs en fête

    Elle ensoleille nos têtes

     


     

    Dans l'impossibilité de trouver sur le net le morceau intitulé L'Alouette Lulu, tiré du Catalogue d'Oiseaux d'Olivier Messiaen (à part sur Youtube1 dans une version un peu rébarbative), je vous donne à entendre ce Regard des Hauteurs, qui reproduit plusieurs chants d'oiseaux...

    1 Note de 2017 : la voici maintenant dans la belle interprétation d'Yvonne Loriot :

     

     
     

    1 commentaire
  •  

    oiseau.JPG

     

     

    Un hôte inhabituel est venu ce matin

    Se joindre aux gais moineaux en bandes familières,

    Dont la présence anime en joyeuses volières

    Le carré de gazon vert de notre jardin.

     

    Est-ce bergeronnette, est-ce chardonneret ?

    Serait-ce une fauvette, ou bien une linotte ?

    Le grain est abondant, tombé de notre hotte,

    Et l'oiseau semble aimer ce repas sans apprêt.

     

    Je connais le bouvreuil, le verdier, le pinson,

    Le merle vient souvent comme la tourterelle ;

    Mais ce joli minois m'amuse et m'interpelle

    Sans me laisser son nom ni même sa chanson.

     

    Tandis que les moineaux dans un envol massif

    L'abandonnent, rêveur, au pied de ma fenêtre,

    Je l'admire un instant sans rien laisser paraître.

    Puis soudain il s'enfuit d'un bond définitif.

     

     


    1 commentaire
  •  

    grues-01.jpg

     
    Le ciel est gonflé de nuages
    Dans l'air chargé d'humidité
    Retentissent des cris sauvages
    Jaillissant de l'obscurité

      grues-02.jpg

     

    D'étranges formes apparaissent
    Dessinant flèches ou museaux
    En rangs serrés elles se pressent
    Flottant comme des serpents d'eau

     

    grues-03.jpg

     

    Mais oui ces cris ce sont les grues
    Fuyant l'hiver et ses excès
    Filant en escadrilles drues
    Dans la bruine et le vent glacé

     

    grues-04.jpg


    Devant
     les meneuses s'activent
    Exhortant de leurs cris puissants
    Toute la chaîne des passives
    À poursuivre un effort constant

     

    grues-05-copie-1.jpg

     

    Ce sont des colliers des guirlandes
    Qui apparaissent à nos yeux
    Train après train elles s'étendent
    Et s'évanouissent dans les cieux

     

    grues-06.jpg

     

    C'est tout un peuple qui traverse
    Groupe après groupe il en revient
    L'espace immense les disperse
    Mais leur cap ferme se maintient

     

    grues-07.jpg

     

     C'est le courage et c'est la vie
    Comme de bons petits soldats
    Aucune d'elles ne dévie
    Même si la fatigue est là

     

    grues-08.jpg


    Leurs cris perçants sont des trompettes
    Elles chantent pour s'entraîner
    À chaque escadron se répète
    Leur concert sans jamais freiner

     

    grues-09.jpg

     

    On croirait voir passer l'armée
    Dans un défilé triomphal
    Irréprochablement formée
    Sous les ordres d'un général

     

    grues-10.jpg

     

    Où vont-elles si résolues
    Rien ne permet de s'orienter
    Elles voient par-delà les nues
    Et volent droit sans hésiter

     

    grues-11.jpg

     

    Encore une immense volière
    Qui s'allonge au-dessus des toits
    Aussi belle que la première
    Elle fait entendre sa voix

     

    grues-12.jpg

     

    Sous le ciel sombre et la grisaille
    Étrange oiseau déliquescent
    Elles s'éloignent sans bataille
    Vers l'horizon luminescent

     

    grues-13.jpg

     

      Adieu demoiselles ailées
    Nous vous saluons de la main
    Gagnez vite d'autres contrées
    Vous nous reviendrez l'an prochain

     

     

    1 commentaire

  •          Marasme avec la pluie... Et pourtant mes rosiers explosent, je ne les ai jamais vus si fleuris !

            Cependant avec la pluie je dois les tailler tous les jours... Cela pleure des pétales, sans fin ; certaines fleurs alourdies par l'eau font casser leur tige et tombent ; d'autres pourrissent sous d'autres qui s'ouvrent.

           Comme je vais m'en aller une semaine, je ne veux pas vous laisser sans un petit clin d'oeil.
           Peut-être au retour aurai-je des quantités de nouveautés à vous montrer ! En tous cas je l'espère.

          Oui, ce matin il y avait un petit escargot qui essayait d'escalader le grillage de mon jardin.

     

    escargot 01

     Comment était-il arrivé là, sur le petit arrosoir suspendu tout en haut ?
     

    escargot 02

     
    J'ai pu ainsi admirer ses capacités d'étirement et sa musculature !

      

    Petit escargot joli,
    Tu t'étires, tu t'étires !
    Petit escargot tout gris,
    Tu grandis et tu respires.


    L'arrosoir fut ta maison,
    Tout mouillé par les averses,
    Mais tu fuis vers le buisson
    Avant que l'astre ne perce...

     
     

    1 commentaire